TCHAD : Le secrétaire général de l’ONU nomme Mahamat Saleh Annadif représentant spécial au Mali

24 décembre 2015

Tchad

Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU a annoncé jeudi 24 décembre 2015 la nomination de M. Mahamat Saleh Annadif, du Tchad, au poste de Représentant spécial et Chef de la mission intégrée multidimensionnelle des Nations-unies pour la stabilisation au Mali -MINUSMA-. Mahamat Saleh Annadif succède à Mongi Hamdi, de la Tunisie,  dont le mandat se termine le 14 janvier 2016. Le Secrétaire général exprime à ce dernier sa gratitude pour son leadership et le dévouement dont il a fait preuve à la tête de la MINUSMA. Annadif apporte à ses nouvelles fonctions une vaste expérience nationale et internationale. Il a été ministre des affaires étrangères du Tchad de 1997 à 2003, Chef de cabinet du président Idriss Déby Itno de 2004 à 2006 et secrétaire général de la présidence de 2010 à 2012. Il a  occupé les fonctions de Représentant permanent de l’Union africaine auprès de la Commission européenne, de 2006 à 2010. Au cours de sa carrière, Annadif a participé à plusieurs processus de paix en Afrique, notamment au Niger, en  Centrafrique et au Soudan.  De 2012 à 2014, il a été le Représentant spécial et Chef de la Mission de l’Union africaine en Somalie -AMISOM-. Né en 1956, et père de 6 enfants, Annadif est titulaire d’un diplôme d’ingénieur des télécommunications de l’Institut polytechnique de Madagascar.


TCHAD : La région du lac Tchad menacée de famine

21 décembre 2015

Tchad

Le programme alimentaire mondial – PAM – évalue à  5 millions 600 000 le nombre de personnes n’ayant pas suffisamment à manger dans la région du lac Tchad. L’agence de l’ONU évoque des niveaux de malnutrition catastrophiques provoqués par la fuite des populations locales devant les violences de la rébellion terroriste Boko Haram. Alexis Masciarelli est un des porte-parole du PAM est sur place et il souligne la détresse des populations déplacées : « Le programme alimentaire mondial renforce ses opérations dans cette région des grands lacs en raison de l’augmentation du nombre des déplacés qui fuient la violence sur les îles à proximité de la frontière avec le Nigeria. Ils ont tout abandonné : nourriture, moissons, vêtements, outils, filets de pêche ; la très grande majorité d’entre eux dépend entièrement de l’aide humanitaire. » Les zones dévastées sont abandonnées et les populations déplacées sont réduites à vivre dans des abris de fortune. Le PAM met en garde contre les risques d’une crise alimentaire aggravée en raison de l’intensification des attaques de Boko Haram au Tchad et de la poursuite des violences au Nigeria, au Cameroun et au Niger.


NIGER : Le réseau de fibre optique d’une longueur de 2 275km, sera terminé à la fin 2016

21 décembre 2015

Niger

Les travaux de déploiement de la fibre optique à travers le Niger ont été engagés en juin 2015, depuis la ville de Tillabéri, la capitale de la région éponyme située à 120km au nord-ouest de Niamey, par la société China International Telecommunication Construction Corporation. D’ici la fin de l’année 2016, le réseau national de fibre optique sera terminé permettant l’accès au haut débit.  Le projet est financé par Exim Bank China à hauteur de 59 milliards Fcfac soit environ 100 millions de dollars, avec un taux d’intérêt d’1% courant sur 20 années. Une fois son déploiement terminé, l’infrastructure de fibre optique du Niger, qui rentre dans le cadre du plan de développement économique et social 2012-2015 et de la politique sectorielle pour les télécommunications et les technologies de l’information et de la communication adoptée en avril 2013, sera gérée par la société  des télécommunications du Niger-SONITEL-, l’opérateur historique des télécommunications. Le Niger, ne possède pas de côtes maritimes, se trouve donc  sans possibilité d’accueillir son propre câble sous-marin de fibre optique. Il s’était connecté en 2012 au câble sous-marin SAT-3/ WASC tiré par son voisin le Burkina Faso, dans le cadre de l’interconnexion sous-régionale. C’est ce câble que le pays étend actuellement à travers tout son territoire national.


MALI : les fondations Orange et Aga Khan ont équipé 6 villages de maternités rurales dans la région de Mopti

14 décembre 2015

Mali

Les femmes enceintes des villages Barbé, Dio, Youré,  Bangassi, Toumadiama et Kobassa, dans la région de Motpi au Mali, pourront désormais se rendre dans un véritable centre de santé pour accoucher. Elles n’accoucheront plus dans des conditions d’hygiène précaires qui mettaient leur vie en danger ainsi que celle de leur enfant. Elles n’auront  plus à parcourir de longues distances à dos d’âne, en charrette ou à bicyclette pour se rendre dans des centres de santé. Les fondations Orange et Aga Khan viennent en effet d’offrir à chacune de ces communautés rurales une maternité totalement équipée.

Ces nouvelles maternités qui viennent s’ajouter au 10 déjà réalisées dans d’autres villages, » permettront d’améliorer les conditions d’accouchement des femmes et contribueront à réduire sensiblement les indicateurs relatifs à la mortalité maternelle, néonatale et infantile », a expliqué Hawa Diallo, l’administratrice générale de la fondation Orange-Mali.  Ce sont 5 maternités supplémentaires  qui seront construites en 2016 par les fondations Orange et Aga Khan dans d’autres villages. « La réalisation de ces maternités de proximité, modernes et accueillantes au service des habitants, viennent en soutien aux efforts durables de l’Etat malien dans sa lutte contre la mortalité maternelle et infantile et traduit le bel exemple de partenariat entre les deux fondations », a déclaré Hawa Diallo.

C’est au total 15 maternités que les fondations Orange et Aga Kahn avaient prévu de construire à travers leur partenariat. Orange se charge de la réalisation physique. 200 millions Fcfa ont été programmés à cet effet. Aga Khan s’occupe de l’équipement, l’éclairage et la formation de la communauté pour le bon fonctionnement des infrastructures, a révélé Zana Koné, le directeur du programme de développement coordonné d’Aga Khan de Mopti.


AFRIQUE : Facebook lance son Internet.org Innovative Challenge

10 décembre 2015

Le réseau social Facebook a annoncé le lancement de son Internet.org Innovative Challenge en Afrique. Le concours destiné aux développeurs, primera les deux meilleurs applications, sites webs ou services dans le domaine de l’éducation et l’autonomisation économique. Une enveloppe de 150 000 dollars est prévue à cet effet. Chaque gagnant recevra  un paquet d’outils et services d’une valeur de plus de 60 000 dollars, ainsi qu’un prix supplémentaire d’une valeur de 50 000 dollars. A travers le programme Internet.org Innovative Challenge, Ime Archibong, le directeur des partenariats stratégiques de Facebook, a expliqué que le réseau social est impatient « de voir comment les développeurs africains fournissent une réelle valeur à leurs communautés. En reliant les gens et en leur donnant les moyens d’avoir accès à des services et à des informations, nous pouvons les aider à réaliser des choses extraordinaires et les aider à améliorer leurs vies ». Il a souligné que ce concours traduit le soutien de Facebook pour ceux qui « travaillent sur des solutions qui visent à améliorer l’éducation et la santé économique des communautés en Afrique » . Les développeurs intéressés par le concours ont jusqu’au 1er mai 2016 pour s’inscrire. Les vainqueurs seront annoncés par Facebook en août/septembre 2016. Le lancement par Facebook de son Internet.org Innovative Challenge en Afrique fait suite à celui d’Inde, dont les vainqueurs ont été annoncés en octobre 2015.


ANGOLA : Lucapa Diamond trouve une source de diamant confirmée à Lulo

16 octobre 2015

Angola

Lucapa Diamond company Ltd compagnie de diamants basée en Australie vient de découvrir 2 diamants d’un poids global de 1,24 carat lors d’un échantillonnage en vrac sur la kimberlite L 46. Il s’agit d’un diamant de 0,78 et un autre de 0,46 carats qui ont « été testés au colorimètre Yehuda et qui sont confirmés comme des gemmes de type I », a rapporté le 16 octobre 2015 la compagnie listée sur ASX et Frankfurt Stock Exchange. Lucapa Diamond indique qu’elle exécute, avec ses partenaires, un programme d’échantillonnage en vrac à large échelle sur cette kimberlite. La concession Lulo s’étend sur une superficie de  3 000 km² et Lucapa Diamond Company détient depuis novembre 2014 une licence d’exploitation, pour 35 années, du diamant alluvial sur une zone de 218 km² englobant plus de 50 km de la rivière Cacuilo à Lulo.


CAMEROUN : Le secteur des industries extractives ont généré des revenus de 830 milliards Fcfa en 2013

20 juin 2015

Cameroun

Le comité national de suivi et de mise en œuvre de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives – ITIE – a présenté le 17 juin 2015 son rapport  à Yaoundé capitale politique du Cameroun laissant apparaitre des recettes globales de 830 milliards de FCFA soit environ 5,5% du PIB du Cameroun soit une chute de 2 % par rapport à 2012. Comme à l’accoutumée, ces revenus sont principalement générés par l’industrie pétrolière, qui est pour l’instant la plus dynamique et la mieux structurée du Cameroun. D’après les chiffres du comité ITIE, la société nationale des hydrocarbures -SNH-, le mandataire de l’état dans l’exploitation pétrolière, a généré des recettes de plus de 500 milliards de Fcfa, contre 202 milliards de Fcfa pour les 14 autres sociétés pétrolières qui ont fait l’objet de l’enquête du comité national ITIE. Le rapport révèle l’arrivée de nouvelles richesses du sous-sol dans le portefeuille des exportations du Cameroun. Cela concerne le diamant, du saphir, du marbre, du granite, du calcaire, de l’argile et de l’or, dont les quantités exportées sont encore jugées insignifiantes. Ce rapport 2013 est le 2e  du comité national Itie, depuis l’admission du Cameroun au statut de pays « dit conforme » le 17 octobre 2013. Afin de garder ce statut,qui rassure les investisseurs sur la pratique de la transparence, le Cameroun se doit de maintenir les performances qui l’y ont conduit, en publiant régulièrement et en vulgarisant les rapports sur son secteur extractif.