KENYA : Telkom Kenya annonce une réduction de 500 emplois au 1er trimestre 2016

21 décembre 2015

Kenya

Par le biais d’un communiqué, l’opérateur de téléphonie mobile Telkom Kenya a annoncé sont intention de supprimer 500 emplois dans l’entreprise au cours du premier trimestre 2016. A ce jour Telkom Kenya compte 1 600 employés. Cette opération qui entre dans le cadre du plan de rationalisation de son effectif,  pour stabiliser ses dépenses, a été approuvé par son conseil d’administration. Les autorités de Nairobi capitale du Kenya dont le ministère du travail, les actionnaires de l’entreprise et l’Union des travailleurs de la communication du Kenya -OWU-, en ont été informé. Telkom Kenya indique que la réduction de ses effectifs résulte d’un investissement d’1 milliard de shillings 9 800 000 dollars, réalisé dans la technologie et l’innovation, qui a transformé les opérations de la société au cours des trois dernières années. « Après sa transition vers un fournisseur de services de télécommunications entièrement intégré, Telkom Kenya a démantelé l’infrastructure obsolète qui ne cadrait plus avec sa stratégie de croissance. Cette décision a été prise à la suite d’un examen approfondi des produits et solutions de l’entreprise ainsi que l’infrastructure soutenant le réseau de l’entreprise, avec une volonté à long terme d’assurer la viabilité et d’améliorer encore la qualité de service à ses clients. Cet exercice de transformation a changé complètement ses perspectives des affaires et de l’infrastructure, avec un impact sur la taille requise pour la main-d’œuvre », précise le communiqué de Telkom Kenya. L’annonce de réduction d’effectif par Telkom Kenya intervient alors que l’opérateur fait l’objet d’un processus d’acquisition par Helios Investment Partners. La société basée en Grande Bretagne a déjà signé un accord ferme de rachat des 70% de part d’Orange, l’actionnaire majoritaire. 

Publicités

MOZAMBIQUE : Triton Minerals et SQZG prolongent de trois mois leur due diligence sur Nicanda Hill

21 décembre 2015

Mozambique

Triton Minerals Ltd minière est une compagnie dont le siège est en Australie et spécialisée dans le secteur du graphite et vient de faire une  prorogation de 3 mois officiellement le 21 décembre 2015 en accord avec Shenzhen Qianhai Zhongjin Group Co., Ltd -SQZG-, le partenaire de la république populaire de Chine qui s’est engagé à investir 200 millions de dollars dans la construction et la mise en valeur du projet. L’apport du négociant et fonds d’investissement de la Chine a fait l’objet d’une lettre d’intention et aboutira à la production du concentré de graphite à Nicanda Hill au rythme initiale d’environ 200 000 tonnes par année. L’investissement se décline en un capital-investment de 100 millions de dollars dans la compagnie Triton et d’une facilité de prêt de 100 millions de dollars. Les engagements sont assortis, en cas de finalisation des accords à cet effet, d’un contrat off-take de 200 000 tonnes de concentré de graphite par an durant 10 années sur le graphite produit. Triton Minerals Ltd détient 8 licences d’exploration au Mozambique et a identifié à Nicanda Hill, situé dans le grand projet de Balama North, une minéralisation de graphite longue de 1,75 km, large de 750 m et épaisse de 316 m.


TANZANIE : Liontown Resources repère de la pegmatite à Mohanga

19 décembre 2015

Tanzanie

Liontown Resources Ldt est spécialisée sur l’or et s’intéresse aussi au tantale et au lithium. La découverte est l’aboutissement, a-t-elle expliqué le 18 décembre 2015, de la première phase de son programme de cartographie et d’échantillonnage systématique effectué pour faire le suivi des résultats de reconnaissance sur des copeaux de roches prélevés dans ce projet. Au global 78 formations de pegmatite, certaines contenant du lithium et du tantale, sont enregistrées  en affleurement, a rapporté la compagnie australienne listée sur ASX. Des échantillons de roches y sont systématiquement prélevés. Les résultats de leur analyse devraient être disponibles début février 2016. Tim Goyder, président de la compagnie, s’est engagé à soutenir l’exploration en cours dans le projet Mohanga, par un prêt de 350 000 dollars à des modalités commerciales normales. Liontown Resources est propriétaire à 100% le projet Jubilee Reef portant sur 8 licences de prospection couvrant au total 66 km² dans le nord de la Tanzanie, dans le lake Victoria Goldfield.


TANZANIE : Le président John Magufuli donne un grand coup de balai

18 décembre 2015

Tanzanie

John Magufuli, nouveau chef de l’état de la Tanzanie a limogé mercredi 17 décembre Edward Hoseah, directeur général du bureau de prévention et de lutte contre la corruption au motif d’ incompétence. Ombeni Sefue premier secrétaire du gouvernement, a déclaré dans un communiqué que le président John Magufuli n’était pas satisfait de la manière dont le bureau de prévention et de lutte contre la corruption -PCCB- remplit sa mission. « Le président a exprimé son mécontentement à l’égard du PCCB qui n’a pas enquêté sur la corruption dans le port de Dar es Salaam, ce qui a entraîné une perte de recettes de l’État par le biais d’évasions fiscales », a déclaré Ombeni Sefue. Depuis sa prise de  fonction le 5 novembre 2015, John Magufuli a découvert des évasions fiscales représentant plusieurs millions de dollars au port de Dar es Salaam et à l’autorité fiscale de la Tanzanie -TRA-. M. Sefue a indiqué que le président Magufuli a nommé Valentine Mlowola au poste de directeur général du PCCB. Par ailleurs le président Magufuli a limogé 4 hauts responsables du PCCB pour s’être rendus à l’étranger sans permis présidentiel, a souligné M. Sefue. Le président John Magufuli a récemment interdit les déplacements non essentiels de fonctionnaires à l’étranger, pour réduire les dépenses publiques, promettant d’utiliser l’argent économisé pour la prestation de services sociaux, y compris l’éducation et la santé. En novembre 2015 le commissaire général du TRA, Rished Bade, et 5 autres autres responsables du TRA ont été suspendus de leurs fonctions dans l’attente d’enquêtes sur une évasion fiscale représentant 40 millions de dollars pour 349 containers de cargaison qui n’ont pas payé leurs taxes au port de Dar es Salaam. Ce sont 7 autres responsables du TRA et un responsable de l’entrepôt Azam Inland Container Depot qui ont comparu devant la justice en novembre 2015 pour répondre d’accusations de sabotage économique ayant causé un manque à gagner de 6,5 millions de dollars de recettes fiscales


AFRIQUE : Facebook lance son Internet.org Innovative Challenge

10 décembre 2015

Le réseau social Facebook a annoncé le lancement de son Internet.org Innovative Challenge en Afrique. Le concours destiné aux développeurs, primera les deux meilleurs applications, sites webs ou services dans le domaine de l’éducation et l’autonomisation économique. Une enveloppe de 150 000 dollars est prévue à cet effet. Chaque gagnant recevra  un paquet d’outils et services d’une valeur de plus de 60 000 dollars, ainsi qu’un prix supplémentaire d’une valeur de 50 000 dollars. A travers le programme Internet.org Innovative Challenge, Ime Archibong, le directeur des partenariats stratégiques de Facebook, a expliqué que le réseau social est impatient « de voir comment les développeurs africains fournissent une réelle valeur à leurs communautés. En reliant les gens et en leur donnant les moyens d’avoir accès à des services et à des informations, nous pouvons les aider à réaliser des choses extraordinaires et les aider à améliorer leurs vies ». Il a souligné que ce concours traduit le soutien de Facebook pour ceux qui « travaillent sur des solutions qui visent à améliorer l’éducation et la santé économique des communautés en Afrique » . Les développeurs intéressés par le concours ont jusqu’au 1er mai 2016 pour s’inscrire. Les vainqueurs seront annoncés par Facebook en août/septembre 2016. Le lancement par Facebook de son Internet.org Innovative Challenge en Afrique fait suite à celui d’Inde, dont les vainqueurs ont été annoncés en octobre 2015.


ANGOLA : Lucapa Diamond trouve une source de diamant confirmée à Lulo

16 octobre 2015

Angola

Lucapa Diamond company Ltd compagnie de diamants basée en Australie vient de découvrir 2 diamants d’un poids global de 1,24 carat lors d’un échantillonnage en vrac sur la kimberlite L 46. Il s’agit d’un diamant de 0,78 et un autre de 0,46 carats qui ont « été testés au colorimètre Yehuda et qui sont confirmés comme des gemmes de type I », a rapporté le 16 octobre 2015 la compagnie listée sur ASX et Frankfurt Stock Exchange. Lucapa Diamond indique qu’elle exécute, avec ses partenaires, un programme d’échantillonnage en vrac à large échelle sur cette kimberlite. La concession Lulo s’étend sur une superficie de  3 000 km² et Lucapa Diamond Company détient depuis novembre 2014 une licence d’exploitation, pour 35 années, du diamant alluvial sur une zone de 218 km² englobant plus de 50 km de la rivière Cacuilo à Lulo.


CAMEROUN : Le secteur des industries extractives ont généré des revenus de 830 milliards Fcfa en 2013

20 juin 2015

Cameroun

Le comité national de suivi et de mise en œuvre de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives – ITIE – a présenté le 17 juin 2015 son rapport  à Yaoundé capitale politique du Cameroun laissant apparaitre des recettes globales de 830 milliards de FCFA soit environ 5,5% du PIB du Cameroun soit une chute de 2 % par rapport à 2012. Comme à l’accoutumée, ces revenus sont principalement générés par l’industrie pétrolière, qui est pour l’instant la plus dynamique et la mieux structurée du Cameroun. D’après les chiffres du comité ITIE, la société nationale des hydrocarbures -SNH-, le mandataire de l’état dans l’exploitation pétrolière, a généré des recettes de plus de 500 milliards de Fcfa, contre 202 milliards de Fcfa pour les 14 autres sociétés pétrolières qui ont fait l’objet de l’enquête du comité national ITIE. Le rapport révèle l’arrivée de nouvelles richesses du sous-sol dans le portefeuille des exportations du Cameroun. Cela concerne le diamant, du saphir, du marbre, du granite, du calcaire, de l’argile et de l’or, dont les quantités exportées sont encore jugées insignifiantes. Ce rapport 2013 est le 2e  du comité national Itie, depuis l’admission du Cameroun au statut de pays « dit conforme » le 17 octobre 2013. Afin de garder ce statut,qui rassure les investisseurs sur la pratique de la transparence, le Cameroun se doit de maintenir les performances qui l’y ont conduit, en publiant régulièrement et en vulgarisant les rapports sur son secteur extractif.