MOZAMBIQUE : Retard dans le déminage

Mozambique

S’il n’y a pas de cessez-le feu, je ne pense pas qu’on y arrivera », a déclaré Alberto Augusto, directeur de l’institut national de déminage du Mozambique. L’aide internationale permet à ce pays d’Afrique australe meurtri par une guerre civile qui fit un million de morts de nettoyer jusqu’à 9.000 km2 par année. Le processus bloque dans la province de Sofala située au centre, où les opérations de déminage sur un périmètre de 3.000 km² ont été arrêtées en 2013 lorsque plusieurs membres du personnel ont été pris en embuscades et blessés par des hommes de la Renamo. Le Mozambique, signataire de la convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel, aurait déjà dû avoir terminé en 2009 mais devant l’impossibilité de respecter cette échéance, un nouveau délai de cinq ans avait été accordé. En 1992, à la fin de la guerre civile qui a ravagé pendant seize ans le Mozambique, l’ONU avait estimé qu’environ 2 millions de mines antipersonnel étaient disséminées sur l’ensemble du territoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :