NIGER : Accords de 60 milliards de Fcfa de la BAD pour la réalisation de la transsaharienne

Niger

Le Niger vient de bénéficier de la banque africaine de développement -BAD-, des ressources nécessaires au financement de la réalisation de la route Arlit-Assamaka et d’un pont sur le fleuve Niger à Farié, à 50 km en amont de Niamey, de l’ordre de 60 milliards de Fcfa. Ces infrastructures à réaliser participent de la concrétisation de la route transsaharienne sur le territoire du Niger, avec son bitumage effectif. Les accords de financement ont été signés le 8 mars 2014  à Niamey, capitale du Niger par Boubacar Cissé, ministre d’état en charge du plan du Niger et Janvier Litse directeur Afrique de l’ouest BAD.« La présente signature consacre ainsi le bouclage complet du processus de mobilisation effective des ressources pour le financement de l’exécution de la route transsaharienne par la construction du dernier tronçon reliant Arlit-Assamaka au Niger à la frontière algérienne. Il est indéniable que la construction de cette route contribuera au renforcement et à la promotion des échanges commerciaux entre l’union du Maghreb Arabe et la CEDEAO, et l’Afrique centrale en général et l’Algérie, le Niger et le Tchad en particulier « à déclaré Amadou Boucar Cissé, ministre d’état en charge du plan du Niger en ajoutant « S’agissant du Niger qui souffre de l’enclavement,cette route permettra d’augmenter le flux des échanges avec les états du Maghreb, de se rapprocher de l’Europe et servira de zone de transit pour les autres pays au sud du Sahara ». A souligner que sur son parcours de plus de 1 000 km à travers le Niger cette infrastructure dessert les complexes miniers et pétroliers d’Arlit, d’Imouraren, des régions d’Agadez, et de Zinder et devrait permettre un gain de temps aux agglomérations du nord-est d’environ trois semaines pour accéder aux ports méditerranéens, comparé au temps nécessaire pour joindre les ports du golfe de Guinée, d’après les initiateurs.Pour sa part Janvier Litse, a précisé « que le bitumage des dernières sections encore en terre au Niger constituera un fait majeur en Afrique, car, la route transsaharienne deviendra alors la toute première route transafricaine bitumée de bout en bout. Nous réaliserons ainsi l’un des grands rêves des pères fondateurs de l’Unité Africaine qui voulaient l’avènement d’une Afrique où l’on puisse circuler sur des routes entièrement bitumées d’Alger à Lagos, de Dakar à Mombassa et de Tripoli à Windhoek entre autres ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :