OUGANDA : Les compagnies minières et gouvernement violent les droits des Karamojong selon HRW

Ouganda

Les compagnies minières, le gouvernement de l’Ouganda ainsi que plusieurs donateurs ont enfreints les droits des Karamojong, communauté autochtone de la région de Karamoja, située dans le nord de l’Ouganda a déclaré lundi 3 février 2014 l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch -HRW- en précisant par le biais d’un communiqué « L’industrie minière naissante de l’Ouganda pourrait faire plus de mal que de bien aux populations indigènes, à moins que le gouvernement ne fasse des réformes et que les compagnies minières se mettent à respecter les droits » des populations, a affirmé l’organisation basée à New York dans un rapport intitulé « Comment pouvons-nous survivre ici? Les conséquences de la mine sur les droits de l’homme dans le Karamoja, en Ouganda ». Le pouvoir de l’Ouganda a encouragé les investissements privés dans la mine de la région agitée du Karamoja pour y apporter le développement économique. D’après HRW, les compagnies ont exploré et exploité la mine sur des terres propriétés des groupes « indigènes », ou occupés par eux, sans les consulter ou leur expliquer d’une façon adéquate ce qu’ils faisaient, ce qui a provoqué des peurs et engendré de la confusion. Toujours d’après le rapport d’HRW « Les compagnies ont de façon constante failli à s’assurer l’accord libre, préalable et dûment informé de communautés locales avant de commencer leurs opérations sur des terres en copropriété ». Cette région a une population de 1,million d’habitants et les compagnies cherchent  a extraire de l’or et du marbre. De nombreuses attaques de bétails sont répandues. Le rapport d’HRW a étudié la conduite de 3 compagnies dans différentes étapes du processus minier: East African Mining, Jan Mangal, et DAO Uganda. Toujours selon le rapport East Africain Mining une filiale de East African Gold enregistrée à Jersey aurait débuté l’exploration de l’or en 2012 à Kaabong sans en parler aux propriétaires terriens. Daniel Bekele directeur d’HRW pour l’Afrique souligne « Le développement de la mine pourrait être une grande avancée … donnant des emplois et une meilleure sécurité, des services, et une infrastructure de base » en ajoutant « Cependant, nous ignorons toujours de quelle façon les peuples du Karamoja pourront bénéficier, d’une façon ou d’une autre, de la mine, et comment le gouvernement compte protéger leurs droits ». HRW a découvert que les « donateurs », y compris la banque mondiale avaient fait travailler les populations du Karamoja « pour renforcer le secteur minier florissant sans garantir les droits des peuples indigènes ». A suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :