NIGER : Manifestation contre le président Issoufou candidat en 2016 – Seini Omarou chef de l’opposition crie au pillage

Niger

Ce sont plusieurs milliers de nigériens qui ont manifesté samedi 28 décembre 2013 durant près de 4 heures devant le parlement à Niamey capitale du Niger suite à un appel lancé par l’opposition, accusant le régime du président Mahamadou Issoufou de « corruption et dictature » et lui reprochant de « censurer » les opposants dans les médias publics. On pouvait apercevoir sur des banderoles le portrait de l’ancien président Mamadou Tandja chassé par un coup d’état en 2010 mais resté populaire au Niger. Le président Issoufou devrait être candidat à sa succession à l’élection présidentielle prévue en 2016. Seini Oumarou, ancien premier ministre et chef de l’opposition a dénoncé « la mauvaise gouvernance et la corruption » en précisant où « la sécurité alimentaire, le système éducatif et sanitaire sont en pleine déliquescence. On assiste à une appropriation pure et simple » de l’office de radio et télévision d’état du Niger, qui régit les médias publics, par le parti nigérien pour la démocratie et le socialisme au pouvoir et « à une main mise sur certains médias privés ». L’ancien premier ministre a dénoncé un système « caractérisé par la mauvaise gouvernance, sur fond de mensonge politique, de faux bilans, d’hypothèques irrégulières, portant sur 3 années de production pétrolière, de la session d’actifs pétrolier sur le bloc d’Agadem situé dans l’est du Niger à des sociétés étrangères venues d’Asie c’est à dire de la Chine dans des conditions troubles ».Seini Oumarou a martelé « nous assistons à un pillage organisé des ressources nationales »en ajoutant que « le président Issoufou veut se constituer un trésor de guerre destiné à l’achat de consciences et des votes pour s’assurer une victoire au premier tour lors de la présidentielle de 2016 ».Mahamane Ousmane ancien président de la république du Niger de 1993 à 1996 et Hama Amadou, actuel président du parlement ayant rejoint l’opposition après avoir quitté en août  2013 la coalition au pouvoir ont aussi pris la parole pour accuser le chef de l’état Issoufou de « diviser les partis dans le but d’imposer une dictature personnelle ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :