DJIBOUTI : La foret du Day se meurt

Djibouti

La forêt du Day, l’unique forêt de Djibouti, est passée d’une surface de l’ordre de 7.500 hectares, voici un peu plus de 200 ans, à 1.500 hectares en 1984 et moins de 900 hectares en 2012, d’après un rapport du ministère de l’environnement de Djibouti. En 1862 une éruption volcanique à 300 km au nord du Day, aurait été à l’origine de la plus forte régression de la forêt, classée parmi les aires écologiques protégées par l’état de Djibouti et renfermant à elle seule 60% de la biodiversité de Djibouti. Sa dégradation se serait dégradée avec une accélération entre 1949 et 1984, causée par les hommes avec des coupes illicites de bois et de l’usage du feu par les pasteurs et les collecteurs de miel.De plus le sur-pâturage lié à la sur-fréquentation des zones forestières par les animaux dont les sabots érodent le sol et anéantissent les régénérations de la forêt. La flore de la forêt du Day, est dotée selon les experts de 360 espèces de plantes qui ont été inventoriées dont 181 présentent un intérêt et 62 sont utilisables en foresterie. Cette diversité reste malheureusement à l’heure actuelle fortement menacée de disparition. Parmi les plantes les plus intéressantes : les palmiers de Bankoualé – genévrier – olivier africain – Mimusops degan, Terminalia brownii, Dracaena ombet et bien d’autres. La faune de l’unique forêt de Djibouti au climat semi-désertique, les vertébrés sont représentés par près de 25 mammifères, une centaine d’oiseaux et 8 espèces de serpents. La fôret du Day englobe une biodiversité à part entière et c’est la raison pour laquelle l’actuel ministre de l’environnement souhaite mettre tous les moyens pour préserver l’espace naturel qui, d’après lui,  » va de pair avec le développement durable de l’ensemble du territoire ». Ibrahim Balala ministre de l’environnement à précisé « Les principes de développement durable sont aujourd’hui intégrés dans toutes les politique et les programmes nationaux, des stratégies ont été élaborées dans tous les secteurs importants de l’environnement, le cadre réglementaire s’est amélioré ».La mise en application de texte de lois, d’outils institutionnels et la ratification de plusieurs conventions internationales ont été approuvées par les Nations Unies par la voix de la coordinatrice du système des Nations Unies à Djibouti, Mme Hodan A. Hadji Mahmud.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :